Blog

Familles expatriées : maintenir son niveau de français

Maintenir son niveau de français

Vous vivez à l’étranger ou partez bientôt dans un autre pays ?

Vous êtes dans une famille ou au moins l’un des deux parents est de culture française ou francophone ?

Vous avez peur que le niveau de français de votre enfant ne régresse ?

Cet article est fait pour vous !

 

Introduction

Avec quelques 3,5 millions d’habitants à l’étranger pour une population totale de 67,4 millions, la France a l’une des populations les plus mobile et ouverte sur le monde.

Concernant ainsi 1 français sur 20, l’expatriation est en effet aujourd’hui un phénomène de masse qui implique des modes de vies qui diffèrent parfois grandement de la métropole.

Dès lors, maintenir le contact avec le pays d’origine devient une préoccupation pour bon nombre de citoyens français résidant à l’étranger, en particulier s’agissant de leurs enfants, qui n’ont même parfois jamais connu leur pays d’origine.

Pourtant, histoire, culture, langue … sont autant de piliers nécessaires à l’éducation et à l’identité de chacun, mais qui, par faute d’opportunités, d’infrastructures ou par simple éloignement géographique, peuvent manquer aux enfants des français de l’étranger.

En effet, malgré l’excellent réseau de lycée français autour du monde, une véritable « Exception Française », il n’est pas toujours possible (ou suffisant) de scolariser ses enfants dans un système francophone pour leur garantir un bon niveau de maîtrise de leur langue maternelle.

Et ne pas maîtriser la langue de leur pays peut s’avérer devenir un handicap dans leur vie future : potentiel inexploité, difficultés à entreprendre des démarches administratives ou de recherche d’emploi, niveau de communication appauvri … voilà pourquoi les parents expatriés sont soucieux de maintenir un lien avec la France et de pratiquer le français.

Afin d’aller dans ce sens, l’Atelier An Phu vous propose de voir ensemble quelles solutions utiliser au quotidien pour garantir un bon niveau de maîtrise du français chez les familles expats !

 

L’école française

C’est une évidence, mais commençons par cela. En vivant dans un pays étranger mais en étant inscrit dans un établissement francophone, votre enfant aura les meilleures chances d’avoir un niveau égal à un petit français de métropole.

Bien sûr, ce choix se fera dès lors au détriment d’une éducation « internationale », même si la pratique des langues étrangères est souvent commune dans les établissements français de l’étranger. En effet, les écoles, collèges et lycée français hors des frontières n’accueillant pas exclusivement des nationaux, de nombreuses nationalités y sont représentées. De fait, votre enfant, même dans cet environnement « français » pourra échanger dans d’autres langues avec ses camarades et développer des aptitudes bilingues ou trilingues.

Présents en 136 pays, et au nombre de 552 établissements reconnus, les établissements français de l’étranger sont LA solution la plus simple et efficace pour garantir le bon niveau de votre enfant dans sa langue maternelle. Consultez ici la liste de ces établissements.

Et si vous optez pour un autre système scolaire, par nécessité ou par choix personnel, pas de panique, il existe d’autres moyens pour œuvrer au bon niveau de français chez votre enfant.

 

 

Les cours par correspondance

Il existe une pléthore de cours par correspondance pour les enfants, au premier rang desquels les cours du CNED ou les cours Legendre.

Très bien construits, suivant les programmes de l’Education Nationale et permettant une réelle évaluation régulière du niveau de votre enfant, les cours par correspondance du CNED sont une des meilleures solutions pour les expats.

Ils présentent l’avantage de pouvoir être effectués à peu près à n’importe quel moment de creux pour votre enfant, et même à raison d’une heure par jour, les cours du CNED peuvent suffire à maintenir un bon niveau. En effet, si votre enfant apprend en cours « international » les autres savoirs fondamentaux (mathématiques, histoire, sciences, etc.), il n’aura « plus que » les cours de français à faire à la maison. Ceci peut être tout à fait compatible avec son emploi du temps, notamment avec les horaires de cours à l’anglaise ou à l’américaine et leur fin vers 3heures de l’après-midi.

Sans trop surcharger en travail votre enfant, aménager quelques heures par semaine de CNED est donc tout à fait envisageable.

En fonction de l’âge ou l’autonomie de celui-ci cependant, il faudra veiller à superviser un minimum le programme et les devoirs en français.

Si vous êtes vous-mêmes disponibles pour l’aider, tant mieux. Sinon, nul doute que vous pourrez trouver soit d’autres parents dans le même cas qui pourront peut-être vous aider, ou bien si votre budget le permet, vous pourrez faire appel à des tuteurs à domicile ou encore des écoles privées « du soir » dans lesquelles déposer vos enfants pour qu’ils suivent ces cours par correspondance avec un encadrement professionnel.

 

La lecture

Ce n’est un secret pour personne, la lecture est l’un des meilleurs moyens d’enrichir le niveau de vocabulaire de votre enfant et de le mettre face à du contenu de qualité en matière de syntaxe et d’orthographe.

Ainsi, dès le plus jeune âge, veillez à lire des histoires en français à votre enfant, pour graduellement le pousser à piocher lui-même dans la bibliothèque.

Tâchez d’avoir une bonne diversité de supports de lecture : contes, BDs, romans, presse … pour varier les plaisirs et lui donner envie de pratiquer cette activité régulièrement.


Où lire à Saïgon : Librairies Françaises et Anglaises


 

L’écriture

C’est l’étape logique qui fait suite à la précédente suggestion.

Qu’il s’agisse de faire travailler son imagination par le moyen d’écritures d’invention, de l’inciter à tenir un journal intime pour construire sa personnalité, ou encore d’écrire des lettres et emails pour envoyer des nouvelles à la famille ou aux amis, tous les moyens sont bons pour pousser votre enfant à écrire.

Faites-lui lire le premier chapitre d’un livre pour lui faire imaginer la suite, demandez des petits résumés à la fin d’un roman, dictez-lui une liste de courses … ce ne sont pas les occasions qui manquent pour aiguiser la plume de votre enfant !

Cela peut se faire « à l’ancienne », au moyen d’une bonne vieille feuille de papier et d’un stylo, ou bien par l’usage d’outils plus modernes (tablettes, ordinateurs, voire applications dédiées à l’aide à l’écriture).

 

La télévision

Et pourquoi pas ?

A dose raisonnable et avec les bons contenus, la télévision peut être un formidable outil d’apprentissage. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les enfants du nord de l’Europe excellent en anglais : ils sont tout simplement en contact de programmes anglophones autant que suédois, finlandais, etc.

L’idéal étant d’avoir accès à des programmes ou des services sous-titrés. Votre enfant pourra alors associer plus facilement des mots et des phrases avec des sons et des paroles !

Que vous utilisiez des chaînes câblées spéciales, un abonnement de vidéo à la demande ou des contenus de plateformes sur internet, peu importante, veillez simplement à varier les contenus : films, dessins animés, émissions, débats, documentaires … tout est bon à prendre si cela est fait avec modération.

 

Vacances en France

Si cela vous est possible bien sûr, essayez de passer des vacances annuelles dans la mère patrie pour un stage intensif !

Sur place, multipliez les activités et les interactions pour qu’il s’imprègne bien.

Inscrivez-le à des activités d’un centre culturel ou sportif en compagnie d’autres enfants de son âge, et pratiquez des loisirs en famille.

 

Autres conseils

  • Ne mélangez pas vous-même plusieurs langues à la fois ! Lorsque l’on habite à l’étranger, on est très vite tentés au quotidien d’emprunter des mots ou des concepts qui n’appartiennent pas à la langue française. Essayez au mieux de chasser cette habitude pour éviter à votre enfant toute confusion.
  • Parlez toujours la même langue avec eux. Dans une famille où l’on pratique plusieurs langues, parlez français avec vos enfants et votre conjoint(e) sa propre langue, pour bien opérer un distinguo.
  • N’hésitez pas à corriger les erreurs de votre enfant. Il est tout à fait normal de le faire répéter la bonne façon de dire les choses pour qu’il les apprenne.

 


Vous habitez à Ho Chi Minh et vous voulez organiser des cours de français pour vous-même ou vos enfants ?
Contactez l’Atelier An Phu dès maintenant !